lundi 24 juillet 2017

Communiqué : Saint-Gobain, 300 licenciements prévus!

Le 27 septembre dernier, la direction de Saint-Gobain à Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) informait son comité central d’entreprise de son projet de prolonger de six mois la période d’activité partielle pour une partie de ses effectifs. Cela fait environ deux ans que les activités de l’usine Saint-Gobain sont comme suspendues alors que le groupe fabrique notamment la nouvelle conduite destinée à remplacer la fameuse conduite « Bonna », d’une durée de vie estimée à 50 ans.

Aujourd'hui, nous découvrons qu'un plan prévoit 300 licenciements. Des salariés du département seront donc remplacés par des robots, plus compétitifs. Oh, on nous dira qu'il faut vivre avec son temps. Mais la vérité est que ces emplois industriels disparaissent aussi parce que nous ne protégeons pas nos filières au niveau national, notamment contre la féroce concurrence chinoise qui bénéficie d'un Etat puissant. La Chine dispose d’énormes surplus à bas coût d’acier qu’elle entend vendre en Europe. Cela pourrait porter un coup mortel à nos aciéries. Bientôt, l’UE reconnaitra à la Chine le statut d’économie de marché qu’elle revendique au sein de l’OMC.

Quand les usines ferment, toute l’économie locale en prend un coup. Conséquemment, les centres des petites villes se désertifient et les jeunes sont obligés de partir. C’est une évidence. Depuis trop longtemps, nous perdons des emplois, de la croissance et du savoir-faire dans notre région. En outre, comme le cas BATA/VIVARTE nous l’a démontré, l’argent public sert malheureusement aux grands groupes pour supprimer des emplois et fermer des sites de production en France. 

Seul un protectionnisme intelligent (à l’image des États-Unis ou du Japon) nous permettra de lutter contre la concurrence déloyale de nombreux pays. De la même manière, la réorientation des subventions publiques vers les PME, TPE et petits artisans, couplée à une simplification administrative, se révèle nécessaire afin de réduire le poids des charges et des contraintes qui pèsent sur ceux qui croient en leur métier et veulent produire et maintenir l’emploi local. Voilà les seules solutions viables pour relancer l’industrie française et renouer avec notre prospérité économique.

Un petit exemple chiffré pour illustrer le protectionnisme intelligent que de grandes démocraties utilisent sans complexe :

France : 1-droits de douane moyens = 1 % 2-droits de douane sur les produits agricoles = 5 %
Suisse : 1-droits de douane moyens = 4 % 2-droits de douane sur les produits agricoles = 55 %
Corée du Sud : 1-droits de douane moyens = 7 % 2-droits de douane sur les produits agricoles = 65 %
Norvège : 1-droits de douane moyens = 3 % 2-droits de douane sur les produits agricoles = 41 %
Dominique Bilde
Secrétaire Départementale du FN54
Député Français au Parlement Européen

Saint Gobain PAM
(source photo : industrie.lu)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire