dimanche 21 mai 2017

Action Militante à Lunéville

Merci aux militants sur le terrain à Lunéville ce dimanche pour "Plus que jamais, défendre la France" et soutenir la candidature législative de Dominique Bilde sur la 4ème circonscription.





samedi 20 mai 2017

Magasins Mim : la casse sociale continue !

Le département de Meurthe-et-Moselle compte 6 magasins Mim. L’enseigne propose des vêtements féminins à des prix doux. Surtout, elle offre des emplois à des Meurthe-et-Mosellans. En cette période de terrible récession, chaque emploi importe car il n’est pas facile d’en retrouver un. Fin mars de cette année, le tribunal de commerce de Bobigny prononçait une liquidation partielle de Mim et validait l’offre de reprise partielle formulée par l’enseigne suisse Tally Weijl, en association avec le français Etam. Malheureusement, le conglomérat franco-suisse ne s’est engagé à reprendre que 71 points de vente des 233 magasins en propre (et 90 affiliés) présents dans toute la France. Sur les 1078 salariés du groupe, seuls 287 sont donc assurés de conserver leurs emplois…

Les choses ne se sont pas arrangées au cours du mois écoulé. Ainsi, ce mercredi 26 avril, dans l’indifférence quasi générale, a été ordonnée une liquidation judiciaire. Le tribunal a jugé que « la société Mim a continué à générer un niveau de pertes très important, incompatible avec toute perspective de rétablissement d’une profitabilité ». Une décision qui devrait entrainer la disparition de 791 emplois en CDI, dont plusieurs dans notre département. Un nouveau drame économique qui sera probablement vu comme constituant une simple « anecdote » par Emmanuel Macron et ses amis ; Jacques Attali, Laurence Parisot, Alain Minc ou les fringants associés de la banque Rothschild.

L’économie française s’enfonce dans la récession sans que personne ne paraisse s’en offusquer. Ce mois de mars, le chômage a encore augmenté de 1,3 %, laissant 43.700 personnes de plus sur le carreau. La politique du gouvernement Hollande, conçue par Emmanuel Macron, est un échec total. Nous perdons des industries, des petits commerces dans les villes moyennes, des emplois dans les services à la personne, dans le bâtiment, dans le tourisme et dans le transport. Il est temps de relancer notre croissance ! Pour cela, il n’y a que deux solutions : un environnement juridique plus sain qui rende possible un  protectionnisme modéré et un soutien sans faille à nos entreprises nationales.

Dominique Bilde
Député Français au Parlement Européen

dimanche 14 mai 2017

Cérémonie du jour de la victoire

Nous étions présents ce jour 9 mai pour célébrer avec nos amis russes l’anniversaire de la victoire sur le nazisme.
Le cimetière de Marly  accueillait pour cet événement une importante délégation de la ville de Tambov  en Russie, des autorités locales ainsi que des membres de la  communauté russe en lorraine qui portaient   les portraits de leurs ancêtres ayant combattus lors du second conflit mondial, tradition connue sous le nom de "régiment des immortels"
Grégoire Eury, Conseiller Régional,  s'est associé en arborant le portrait du grand père de sa femme, Nicolas qui combattit de la Finlande à Berlin.
Dans son allocution le consul a rappelé que les valeurs sui animaient ces combattants ne sont pas désuètes et  qu’aujourd’hui le fascisme prenait une autre forme, celle de l’Etat islamique.
Cette cérémonie émouvante et emprunte de recueillement a été clôturée par des chants traditionnels de l’armée russe.



Cérémonies de commémoration du 8 mai 1945

Cérémonie à Lunéville

Cérémonie à Nancy

jeudi 11 mai 2017

Le désordre républicain partout : même le 8 mai !

Les célébrations du 8-Mai sont importantes pour tous les Français. Lors de ce jour férié, nous commémorons un événement majeur de notre histoire récente : la fin de la Seconde Guerre mondiale, marquée par la capitulation de l’Allemagne nazie. Un jour pour se souvenir du sacrifice de nos anciens, militaires du rang ou résistants du quotidien. Un jour qui devrait nous inviter au recueillement solennel plutôt qu’à l’agitation. Et pourtant… Dans une France qui part à vau-l’eau, en totale déliquescence, des agitateurs profitent de ces moments collectifs pour semer le trouble.

Notre département de Meurthe-et-Moselle n’est bien sûr pas épargné. À Lunéville, des pacifistes d’opérette manifestaient lors des cérémonies, au moment même où étaient annoncés les départs de nos soldats en opération. Ils n’ont pas même la décence de respecter ceux qui les protègent, en partant loin de chez eux, au prix d’immenses sacrifices. Si vis pacem, parabellum. Nous fortifions la paix quand nous sommes en état de nous défendre. C'est d'ailleurs l’enseignement principal à tirer des évènements de la Second Guerre mondiale ! Un principe élémentaire que certains zigotos ne comprennent pas.

Concomitamment, à Nancy, un automobiliste en état d’ébriété avancée percutait un brigadier-chef de la police en marge de la cérémonie du 8-Mai, à l’occasion de laquelle des médailles étaient remises aux plus méritants de nos personnels de forces de l’ordre. Et, de surcroit, en plein état d’urgence ! Après s’être échappé, le chauffard était finalement rattrapé par la patrouille à son domicile. Très défavorablement connu de la justice pour de multiples délits routiers, l’homme de 52 ans pourrait être poursuivi pour « violence avec arme par destination sur une personne dépositaire de l’autorité publique ».

Il est temps de rétablir l’ordre sur tout le territoire national. Marine s’était engagée à mettre tous les moyens possibles pour assurer la sécurité des Français. Face aux défis de demain, ce combat ne s'est pas arrêté dimanche et doit continuer avec des législatives Bleu Marine. Nous devons poursuivre ce travail pour que les autorités prennent enfin la mesure de ces problèmes !

Dominique Bilde
Secrétaire Départementale du FN 54


mardi 9 mai 2017

39,34% en Meurthe-et-Moselle - Merci !!

Merci de la part de la Fédération FN 54 et sa Secrétaire Départementale, Dominique Bilde,
aux 128902 électeurs soit 39,34% qui ont voté pour Marine lors de ce 2nd tour !

Le combat continue pour des législatives Bleu Marine et avoir des représentants
efficaces pour vous défendre face au système Macron.



jeudi 4 mai 2017

Presse : En action sur la 4ème circonscription "Marine c'est ma copine"


Réunion avec la CAPEB 54

Ce Jeudi 4 Mai, une réunion a été organisée avec des entrepreneurs du BTP à a CAPEB 54 afin de parler du programme de Marine en faveur des PME et TPE. Excellents échanges constructifs après une journée de tractage avec les militants sur Vandoeuvre.



mardi 2 mai 2017

Meeting de Marine à Villepinte

La Fédération FN54 avait organisé un bus pour se rendre en nombre à Villepinte. Après un discours offensif de Nicolas Dupont-Aignan qui choisit la France, Marine a pris la parole devant une salle comble pour motiver les troupes pour la victoire. Des militants gonflés à bloc. Merci à tous !





Question au Conseil Régional : Film qu'Allah bénisse la France et film L'apôtre


                                                                                Nancy, le 28/03/17
QUESTION ECRITE AU PRESIDENT DU CONSEIL REGIONAL
(Article 14 du Règlement intérieur)

Objet : Film qu’Allah bénisse la France et film L’apôtre

Monsieur le Président,

Lundi 20 mars, Abd al Malik était présent dans l’hémicycle du conseil régional du Grand Est pour rencontrer des lycéens et des apprentis. À l’invitation de la région, le rappeur était invité pour échanger avec les jeunes à propos de son film intitulé Qu’Allah bénisse la France. Il s’est aussi rendu au lycée de La Malgrange à Nancy ; puis à Reims, au cinéma Opéra.

Cela s’inscrit dans le dispositif  “Lycéens et apprentis au cinéma », dont la création, remontant à l’année 1998, avait pour objectif d’« amener les élèves à développer leur regard critique face à l’image et acquérir une culture cinématographique ». 

Il a par ailleurs bénéficié des soutiens financiers de France 2 Cinéma avec la participation de France 2 en association avec la Banque postale mais aussi du soutien du CNC, de la Région Alsace ou de la Communauté urbaine de Strasbourg.

En octobre 2014, le film L’apôtre sortait en salle et racontait la conversion au catholicisme d’un musulman qui se destinait à être imam. L’histoire inverse du film qu’Allah bénisse la France qui raconte le parcours de Régis, un « enfant d’immigrés, noir, surdoué, élevé par sa mère catholique avec ses deux frères, dans un quartier HLM de Strasbourg » qui sort de la délinquance grâce à sa conversion à l’islam.  

Je vous interroge dès lors :

1)      Quel fut le montant de la subvention octroyé par la Région Alsace au film qu’Allah bénisse la France ?

2)      La Région Alsace avait-elle financée aussi le film L’apôtre? Si oui, pour quel montant ?

3)      La Région entends-t-elle aussi permettre à la réalisatrice du film L’apôtre, Cheyenne Carron, de venir exposer son film et d’y débattre dans un soucis d’égalité et de tolerance des opinions ?

Les Conseillers Régionaux du Groupe Les Patriotes  - Front National :
Dominique Bilde et Thierry Gourlot

mercredi 26 avril 2017

Bus pour le meeting de Marine à Paris - 1er Mai

Avec plus de 7,5 Millions de voix, le score de Marine et de notre mouvement est historique. Le grand meeting d'entre deux tours se tiendra à Paris et notre fédération organise un bus pour s'y rendre le 1er mai et soutenir Marine pour faire gagner la France.

Bus Gratuit, participation libre pour aider le FN54.

Départ 5h30 Houdemont
Retour 19h30 Houdemont

Renseignements sur le lieu exact et inscription auprès de Dominique Bilde : Dominique.bilde@yahoo.fr ou 06 62 30 42 45.



lundi 24 avril 2017

Présidentielle : Marine en tête dans notre département !


25,86% - Marine en tête en Meurthe-et-Moselle

Merci à tous, Mobilisation pour le 2nd tour

Chers militants de Meurthe-et-Moselle,
Chers électeurs patriotes de Meurthe-et-Moselle,

Je vous écris pour vous remercier chaleureusement. Par votre importante mobilisation, vous avez placé Marine Le Pen en tête du premier tour de l’élection présidentielle ! Avec 25,86 % des suffrages exprimés, le Front National devient la première force politique de notre beau département. Plus que jamais, les Meurthe-et-Mosellans montrent leur attachement à la France historique que nous chérissons tant. En effet, c’est la première fois que le Front National arrive en tête lors d’une élection présidentielle au premier tour. Nous avons gagné 15.656 électeurs depuis 2012 ! Un chiffre considérable qui doit beaucoup au travail de nos militants sur le terrain.

Vous voulez changer la vie politique du pays. Vous voulez rester maîtres chez vous. Vous voulez garder vos industries. Vous voulez vivre en sécurité. Vous voulez du travail pour vos enfants. Vous voulez gagner suffisamment d'argent pour vivre décemment. Vous voulez que l’ordre républicain soit pleinement assuré. Vous voulez des services publics de proximité dans nos campagnes. Vous voulez que l’école instruise correctement les petits français. Vous voulez plus de démocratie locale. Vous voulez un avenir national ! Pour toutes ces raisons, je vous demande de vous mobiliser et de mobiliser votre entourage !

Marine Le Pen peut gagner ! Marine doit gagner ! Pas pour battre Macron, mais pour faire gagner la France ! Tous ensemble jusqu’au 7 mai. Ne relâchons pas la pression.

Dominique Bilde



jeudi 20 avril 2017

Déremboursement du « fauteuil coquille » : nouvelle atteinte à la santé et à l’emploi de nos compatriotes

Nous apprenons dans la presse le 11 avril dernier que le gouvernement entend prendre la décision de dérembourser le « fauteuil coquille », fauteuil permettant de faciliter maintien et confort chez les personnes âgées ou à mobilité réduite. Le gouvernement continue donc, comme depuis des années maintenant, cette funeste politique d’économies à tout va sur le dos des français et de leur santé.

            Cette décision risque d’avoir un impact important sur l’emploi en Meurthe-et-Moselle, dans la ville de Pompey. C’est ici que l’entreprise Dupont Médical fabrique ce produit 100% français, après que leur fabrication a été réindustrialisée en France alors qu’elle était jusque-là en Chine. Le déremboursement du fauteuil risque donc de faire chuter drastiquement les commandes de la société installée à Pompey, détruire cette filière Lorraine, et entrainer jusqu’à une centaine de destructions d’emplois !
Le prix de ses fauteuils peut atteindre plusieurs centaines d’euros, les usagers risquent donc, ne pouvant se permette de débourser une telle somme pour un produit pourtant nécessaire, de se tourner vers des produits moins chers, mais de moins bonne qualité fabriqués à l’étranger…
Nous dénonçons avec force cet énième coup porté à l’économie de notre région, à cette erreur manifeste que fait le gouvernement en continuant à faire des économies sur la santé des français qui nécessitent de bénéficier de la solidarité nationale.
Une autre voie doit s’imposer pour le bien des français, avec des propositions réalistes et pertinentes. Seule Marine Le Pen propose un patriotisme économique pour préserver notre industrie et le carnet de commandes de nos entreprises. Son projet présidentiel permettra aux français de bénéficier d’un système de santé qui se préoccupe vraiment de leurs besoins par le biais d’un cinquième risque de Sécurité sociale consacré à la dépendance, en garantissant le remboursement de l’ensemble des risques pris en charge par l’Assurance maladie, et en investissant dans des outils numériques pour permettre des économies.
Cédric Marsolle
Responsable Front National de la sixième circonscription de Meurthe-et-Moselle.

mercredi 19 avril 2017

Presse : Le FN présente ses candidats aux législatives


Soutien à nos policiers de Meurthe-et-Moselle !

Depuis le 6 avril dernier, les policiers nationaux de Meurthe-et-Moselle sont en grève du zèle pour protester contre la réforme de l’organisation du temps de travail dans le département. Ils ne donnent plus de procès-verbaux pour les infractions routières, ce qui représente déjà un manque à gagner de plusieurs milliers d’euros pour l’Etat. Les policiers fustigent le ministère, accusé de laisser leurs conditions de travail se dégrader. Voilà qui tombe mal à quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle…

En effet, nos forces de l’ordre n’ont pas les moyens nécessaires pour accomplir leur mission. Ils souffrent d’un manque d’effectifs, de locaux en piteux état, d’armes et de véhicules dépassés et d’ordres insatisfaisants. C’est scandaleux. Les services de police-secours n’ont droit qu’à un week-end sur six de repos. Quant à la direction de la police départementale, elle semble « obsédée par les objectifs chiffrés » afin de « faire entrer le maximum d’argent dans les caisses centrales de l’Etat ». 

Pour gonfler les statistiques, ils doivent verbaliser les automobilistes mais ne peuvent plus arrêter les vrais voyous. À bout de nerfs, les policiers nationaux manifesteront entre les deux tours de la présidentielle à Paris, pour interpeller les deux finalistes. Marine Le Pen est désireuse de restaurer l’ordre public sur l’intégralité du territoire national. Pour y parvenir, elle compte créer des postes de policiers et leur accorder les moyens matériels qui conviennent. Il n’y a qu’un seul vote pour restaurer l’autorité de l’Etat et en finir avec les voyous !

Dominique Bilde
Député Français au Parlement Européen
Secrétaire Départementale du FN54

mardi 18 avril 2017

Grande-Synthe : en finir avec l'immigration massive !

L’incendie du camp de Grande-Synthe, en début de semaine, illustre l’échec de l’exécutif socialiste dans la lutte contre l’immigration de masse. Dans la nuit du lundi 10 avril au mardi 11 avril, près de 80 % des cabanons qui accueillaient des « migrants » ont brûlé, des suites d’un énième conflit violent opposant des bandes kurdes et afghanes. Dans la journée, une bagarre entre 200 desdits « migrants » provoquait l’intervention des CRS. Les choses s’envenimaient encore en début de soirée, faisant treize blessés, dont quatre par arme blanche, parmi les 600 belligérants (sur les 1500 que compte le camp). Que pouvaient donc faire les six gardes privées payés par l’Etat face à 600 individus menaçants ? Rien.

Remontons un peu le passé récent pour comprendre comment nous avons pu en arriver à pareille situation. Créé en 2016 sur une idée conjointe du maire Europe Ecologie Les Verts, Damien Carême, et d’Emmanuelle Cosse, ministre du Logement issu de la même formation politique, le camp de Grande-Synthe était le rêve des associations sans-frontièristes qui polluent le débat sur l’immigration en France. Véritable utopie, le camp a longtemps été présenté comme un modèle par la bobosphère. Censé montrer de la France l’image d’une nation compassionnelle, hospitalière et ouverte aux quatre vents ; le village des « migrants » de Grande-Synthe s’est finalement montré exemplaire de tout ce qui ne fonctionne plus en France.

En mars 2016, le gouvernement refusait de soutenir Damien Carême et Médecins sans frontières dans leur volonté d’aménager un camp capable de recevoir plus d’un millier de ces « migrants » devenus la personnification de Big Other, totem de la gauche internationaliste. Mais la machine médiatique s’est littéralement emballée, faisant de Damien Carême un héros, classé parmi les quinze meilleurs maires du monde dans un classement établi par un think tank londonien.  Excusez du peu ! François Hollande et ses ministres ne pouvaient y rester insensibles… Et c’est ainsi, qu’il y a 6 mois de cela, l’Etat signait une convention de maintien du camp, après avoir demandé la réalisation de quelques travaux anecdotiques. Contre l’avis de la préfecture, et de certains membres du gouvernement, Damien Carême et son amie Emmanuelle Cosse obtenaient gain de cause.

Persistant dans l’erreur, l’Etat, par l’intermédiaire du ministère du Logement, confirmaient son jugement en mars 2017, signant une prolongation de la convention de gestion du camp… L’aveuglement idéologique des Verts, qui soumettent le Parti socialiste à un lobbying intense, aura eu raison du bon sens. Car, le camp de Grande-Synthe souffrait de maux incurables, facilement observables pour qui regarde avec lucidité : surpeuplement, clandestins, oppositions ethnoculturelles insolubles entre « migrants » venus d’horizons divers, problèmes d’hygiène, épidémies de maladies depuis longtemps disparues sous nos latitudes…

Que faut-il donc faire ? D’abord, arrêter de s’illusionner. La France n’est pas en mesure de recevoir toute la misère du monde car elle a déjà le plus grand mal à intégrer les immigrés venus légalement. Ensuite : rompre avec l’idéologie qui voudrait qu’un pays moderne ouvre en grand ses frontières. Enfin, et plus important : décourager les clandestins de s’installer en France, même temporairement. Seule Marine Le Pen a la volonté et le courage politiques pour y parvenir.


Dominique Bilde
Député Français au Parlement Européen

dimanche 16 avril 2017

Réunion publique du FN54 avec Nicolas Bay et présentation des candidats aux législatives

Ce vendredi après la présentation des candidats FN aux législatives avec Nicolas Bay, les 150 participants à la réunion publique du FN54 ont applaudi fortement le discours avant de poser plusieurs questions sur le programme et échanger ensuite le verre de l'amitié. Chacun est reparti prêt à attaquer la dernière semaine de campagne avant le 1er tour ! #Marine2017


Les candidats aux législatives dans 5 circonscriptions sur 6 : Grégoire Eury (2eme), Céline Dolcemascolo - Petit (3ème), Dominique Bilde (4eme), Billy Winkens (5eme) et Cédric Marsolle (6eme)
absente : Barbara Hoffmann (1ere)



lundi 10 avril 2017

Tractage et collage sur Nancy

Ce Week-end, le FN 54 était en action de collage et tractage sur Nancy et son agglomération enmené par Grégoire Eury.


vendredi 7 avril 2017

Université de Lorraine : l’argent de l’Europe, c’est l’argent des français !


Le président de l’Université de Lorraine, Pierre Mutzenhardt, a annoncé mardi la signature d’un contrat de financement de 44 millions d’euros avec la Banque européenne d’Investissement (BEI) pour l’extension et la modernisation de l’Université de Lorraine.

Si on ne peut que se féliciter des travaux de modernisation et de préservation de son patrimoine par l’université de Lorraine, il ne faut pas être dupe du tour de passe-passe opéré par l’Union européenne. Celle-ci tente en effet de faire croire aux français qu’ils seraient tributaires des investissements opérés par Bruxelles, alors même que la contribution de la France au budget européen s’élève à 22 milliards Parallèlement, elle n’a perçu, pour la même année que 13 milliards d’euros de la part de Bruxelles. Pour faire simple, les français donnent donc plus à l’UE qu’ils n’en reçoivent !

Il faut évidemment investir dans la recherche et l’innovation, tout en garantissant aux étudiants, aux professeurs et aux chercheurs, des conditions optimales de travail. Mais le vrai drame, c’est que l’Université ait dû s’adresser à l’Europe pour réaliser ces grands travaux. Seule Marine le Pen propose d’investir réellement d’agir en ce domaine avec une politique ambitieuse en faveur de la recherche et en une loi de programmation du patrimoine pour permettre un meilleur soutien à l’entretien et à la préservation du patrimoine, avec une augmentation du budget alloué à ce secteur de 25 %.
Dominique Bilde
Secrétaire Départementale FN54
Député Français au Parlement Européen

lundi 3 avril 2017

Tractage sur la 4ème circonscription

Ce Dimanche 02 Avril, tracter pour la victoire de Marine permet de se remémorer ceux qui se sont battus pour notre liberté. 




samedi 1 avril 2017

Tractage dans le Lunévillois

Ce Vendredi 31 Mars, une équipe de frontistes, enmenée par la députée Dominique Bilde, est allée tracter sur le Lunévillois et a rencontré les commerçants de la ville ravis de voir des militants et élus FN. Photo de l'équipe devant le magnifique château de Lunéville.


Collage sur l'agglomération Nancéenne

Ce Vendredi 31 Mars, des frontistes, JFK et Michael, sont allés coller sur l'agglomération de Nancy pour la campagne de Marine.



Réunion de la 6ème circonscription à Pont-à-Mousson

Ce Samedi 1er avril,  une réunion publique s'est tenue à Pont-à-Mousson pour la campagne de Marine2017 et Dominique Bilde en a profité pour présenter notre candidat aux législatives sur la 6ème circonscription, Cédric Marsolle.




mercredi 29 mars 2017

Stop à la violence contre les militants du Front National !

Les militants du Front National sont trop souvent agressés en raison de leurs opinions politiques. Leur sort n’émeut pourtant guère le gouvernement, si souvent prompt à verser quelques larmes de crocodiles sur l’extrême gauche… Entre les voyous des « quartiers » dits populaires, qu’on a éduqués dans la haine des patriotes, et les antifas hyper violents qui caillassent des bus en marge des meetings, les partisans de Marine Le Pen sont soumis à rude épreuve.
Ainsi, le 27 mars, un de nos militants, conseiller Municipal a été attaqué devant son domicile par des individus, que je ne me priverais pas de qualifier de racailles. Son tort ? Aimer la France, être connu pour son appartenance au Front National et afficher un drapeau français devant sa porte ! Après avoir été traité de « facho », il a été tabassé  d'une manière barbare. Aujourd’hui, il se trouve avec 5 jours d’ITT, souffrant d’une foulure au poignet et de blessures au visage et aux mains et divers hématomes. Une plainte a d'ailleurs été déposée!

Il est totalement inadmissible que les soutiens du Front National soient ainsi les cibles de tout ce que la France compte d’imbéciles, d'islamistes et d'activistes de la gauche la plus radicale ! Le gouvernement et les élus en sont pour partie responsables et j’espère qu’ils prendront autant parti que pour 3 affiches collées au mauvais endroit sans aucune intention de blesser. Ils vouent aux gémonies notre candidate, la calomnient et la salissent. Cette campagne présidentielle doit pouvoir se dérouler dans un climat apaisé. Le seul conflit que nous acceptons est celui entre des idées, des programmes et des projets; car c’est ainsi seulement que se conçoit une démocratie.

Mme Dominique Bilde
Secrétaire Départementale du FN54



mardi 28 mars 2017

Tribune : Qu’Allah bénisse la Lorraine ?

Lundi 20 mars, Abd al Malik était présent dans l’hémicycle du conseil régional du Grand Est pour rencontrer des lycéens et des apprentis. À l’invitation de la région, le rappeur était invité pour échanger avec les jeunes à propos de son film intitulé Qu’Allah bénisse la France. Il s’est aussi rendu au lycée de La Malgrange à Nancy ; puis à Reims, au cinéma Opéra. Qu’Allah bénisse la France raconte le parcours de Régis, un « enfant d’immigrés, noir, surdoué, élevé par sa mère catholique avec ses deux frères, dans un quartier HLM de Strasbourg » qui sort de la délinquance grâce à sa conversion à l’islam.

L’étude de l’œuvre est proposée aux lycéens de notre région via le dispositif « Lycéens et apprentis au cinéma », dont la création, remontant à l’année 1998, avait pour objectif d’« amener les élèves à développer leur regard critique face à l’image et acquérir une culture cinématographique ». Sélectionné par le conseil régional parmi trois longs-métrages, le film avait été soutenu financièrement par la région Alsace et la Communauté urbaine de Strasbourg… Il semble donc logique, à première vue, qu’il fasse l’objet de projections spéciales à destination des lycéens du Grand Est.
Je crois légitime, en ma qualité de conseillère régionale du Grand Est, de m’interroger sur la pertinence du choix de ce film. Oh, j’entends d’ici les bonnes âmes s’écrier et me rappeler, avec force, le caractère prétendument humaniste du sujet de Qu’Allah bénisse la France.
Je me vois donc contrainte de leur signifier que le message du film, dans la période que nous connaissons, n’est pas celui qui devrait être délivré à nos jeunes. En effet, si Régis se convertit à une version mystique de l’islam – en l’occurrence le soufisme -, il participe néanmoins d’un phénomène de masse qui concerne le plus souvent des âmes perdues qui choisissent des visions plus radicales de cette religion…

De nombreux Français convertis se sont battus aux côtés des monstres de l’État islamique en Syrie. En présentant ce film aux lycéens, l’exécutif régional prend le risque de semer la confusion dans des esprits peu formés, parfois fragiles. Car, au fond, Qu’Allah bénisse la France est avant tout un panégyrique de l’islam. D’ailleurs, notons que le personnage principal avait adopté un mode de vie de voyou quand il observait encore la religion catholique…
Propagande « vivrensembliste » irénique, l’œuvre d’Abd al Malik n’a pas à être une source d’enseignement. En outre, on peut aussi estimer que son étude, par des lycéens des écoles publiques et privées sous contrat, contrevient au principe de laïcité, son message étant, par certains aspects, prosélyte. Dernier point : que n’aurait-on pas dit si les jeunes du Grand Est avait dû étudier un film traitant de la conversion rédemptrice d’un musulman à l’un des cultes du christianisme ? Je suis absolument certaine qu’il y aurait eu, non pas une tribune, mais des dizaines d’articles offusqués des professionnels de la bien-pensance !

Dominique Bilde
Député Français au Parlement Européen

Lien : http://www.bvoltaire.fr/quallah-benisse-lorraine/

mardi 21 mars 2017

Communiqué : Préservons notre savoir-faire, sauvons nos cristalleries !


Le secteur de la cristallerie en France et en Europe constitue un gisement d'emplois et témoigne d'un savoir-faire d'excellence dans une industrie à haute valeur ajoutée. En France, il concernerait près de 10 000 emplois et réalise 70 % de chiffre d'affaires à l'exportation.

Les Lorrains peuvent être fiers de ce patrimoine inestimable présent sur leur territoire. Baccarat, Daum ou Emaux de Longwy, autant de marques qui font la renommée de notre région.



Mais face à une mondialisation sauvage et l’automatisation des pratiques, ce secteur est fragilisé. En 2016, les Emaux de Longwy étaient sauvés de la liquidation et  40 emplois ont pu être préservés après 9 licenciements. A la cristallerie de Baccarat, c’est actuellement 506 salariés qui travaillent contre 740 en 2014 et le risque de tomber à 250 en 2020 du fait de la mécanisation et de la baisse des ventes.


Pire, depuis juillet 2016, les cristalleries sont dans l’attente d’une prolongation de l’exemption de limitation de la directive RoHS qui limite l’utilisation de 6 substances dangereuses dans la fabrication de matériaux électriques ou électroniques dont le plomb, élément essentiel pour la fabrication de cristal. Le tintement si cher à nos grands-mères ne résonnera plus à nos oreilles. Le non-renouvellement de cette exemption porterait un coup fatal à nos cristalleries et notre savoir-faire.


Face aux élus LRPS qui dépensent sans compter l’argent des contribuables et favorisent les grandes multinationales, il devient urgent de soutenir nos PME-PMI et défendre notre savoir-faire et notre artisanat d’exception par la réorientation des subventions et une diminution des charges et des contraintes administratives, la valorisation de notre patrimoine et de ces métiers d’arts et la prolongation de l’exemption de limitation. Voilà les conditions sine qua non pour redonner à nos entreprises un environnement stable, prospère et valorisant !


Dominique Bilde

Député Français au Parlement Européen




lundi 20 mars 2017

Communiqué de Dominique Bilde : Arcelor Mittal signe un prêt avec la BEI

Lundi 13 mars 2017, soit plus de trois ans après la fermeture des hauts-fourneaux, Arcelor-Mittal et la Banque européenne d’investissement (BEI) signaient un prêt de 350 millions d’euros « en soutien à l’investissement du groupe industriel ». Le tout accompagné de promesses qui n’engageront que ceux qui y croiront…

Car, comme de bien entendu, ce financement sera théoriquement conditionné au respect d’un cahier des charges stipulant qu’Arcelor-Mittal devra justifier l’utilisation de ces fonds, et, produire, en 2020, un bilan chiffré prouvant que les objectifs fixés ont été atteints (nombre de brevets, maintien des emplois sur les sept sites européens du groupe).

Arcelor-Mittal n’est pas une entreprise philanthropique européenne. Ce géant indien cherche, avant tout, à maximiser ses immenses profits. Son chiffre d’affaire était de 53 milliards d’euros pour l’année 2016. Excusez du peu. Je crois que nous lui avons déjà beaucoup donné, malgré les fermetures de sites qui ont mis de nombreux Lorrains au chômage. Quant à la Banque européenne d'investissement, on peut se demander quelles sont les raisons qui la poussent à financer un groupe aussi important ; lequel n’a nul besoin d’un prêt européen, auquel la France contribue pour environ 16,11 %.

Mme Dominique Bilde
Député Français au Parlement Européen

vendredi 17 mars 2017

Erdoğan bat campagne en Lorraine !

Il est temps de montrer notre détermination à ne pas nous laisser humilier de la sorte par un pays qui s’éloigne de plus en plus du cercle de la raison.

En septembre 1683, Charles V de Lorraine et le roi de Pologne Jean III Sobieski s’associaient pour attaquer les Turcs qui assiégeaient Vienne depuis deux mois. Peu après, le duc reconquit la Hongrie, la Slavonie et la Transylvanie. Il fut un grand homme dont les Lorrains peuvent être fiers. Que dirait-il aujourd’hui ? Se retournerait-il dans sa tombe en constatant la soumission de la France aux descendants des Ottomans qu’il avait combattus pour libérer le continent européen de leur emprise ?

Car, dimanche dernier, le gouvernement français a laissé les hommes du sultan Erdoğan battre campagne chez nous, en Lorraine. Après le meeting de l’AKP en fin d’année 2015 à Strasbourg, c’est Metz qui accueillait Mevlüt Çavuşoğlu, l’actuel ministre des Affaires étrangères de la grande puissance anatolienne. L’occasion d’entendre à nouveau la rengaine victimaire et paranoïaque d’un pouvoir en pleine dérive autoritaire.

Les Turcs vivant en France sont des nationalistes turcs, avec la bénédiction de l’État français qui livre une véritable chasse aux patriotes… français. Un cruel paradoxe que nous pourrions payer chèrement.

Dimanche, la foule était chauffée à blanc. France Info rapporte, ainsi, les propos de deux frères dits « franco-turcs » venus de Sarrebruck. L’un deux, appelé Ugur, hurlait sa rage contre les Européens : « C’est la honte ! Pour le peuple européen, pour le peuple hollandais, c’est la honte ! Ils parlent de démocratie, de liberté… Où elle est, la démocratie en Europe ? »

Ils voteront un grand « oui » au référendum constitutionnel qui accordera les quasi-pleins pouvoirs à Recep Tayyip Erdoğan, à l’image d’une très grande partie des expatriés. Les Turcs dits « d’Europe » sont très favorables au pouvoir actuellement en place, proche de nombreuses officines islamistes. Ils lui savent gré de leur avoir rendu leur fierté. Désormais, ils marchent aux côtés de leur chef, prêts à conquérir les voisins et à retrouver leur grandeur passée… Pourtant, personne ne s’en inquiète en France.

De nombreux Turcs sont persuadés que les Européens veulent du mal à leur pays et à ses dirigeants, mentant sciemment sur le président Erdoğan pour le renverser… Au contraire, l’Union européenne – Allemagne en tête – a toujours été très complaisante envers un autocrate extrêmement provocateur qui l’a dupée lors de l’accord relatif aux fameux « migrants ». Une Union européenne qui n’a toujours pas rompu les discussions en vue de l’entrée de la Turquie, alors même que des journalistes, des militaires, des policiers, des juges et des militants de l’opposition sont quotidiennement arrêtés arbitrairement…

Il est temps de faire front. Il est temps de montrer notre détermination à ne pas nous laisser humilier de la sorte par un pays qui s’éloigne de plus en plus du cercle de la raison.

Mme Dominique Bilde
Député Français au Parlement Européen

Lien : http://www.bvoltaire.fr/dominique-bilde/erdogan-bat-campagne-lorraine,318981

jeudi 16 mars 2017

Dominique Bilde intervient sur le Zimbabwe et le cas du pasteur Evan Mawarire

Parlement Européen 16/03/17

Dominique Bilde intervient au Parlement européen sur le Montenegro

Plénière du 15/03/17

Communiqué de presse : Ne pas se voiler la face !

Non la Cour européenne  n’a pas interdit le port du voile dans les entreprises !

Mardi des communiqués de presse sensationnalistes font état d’une grande victoire contre l’islamisation de notre société, effectivement deux plaignantes qui refusaient de retirer leur voile dans le cadre de leur activité professionnelle ont été déboutées par la cour de justice européenne,  mais qu’en est t‘il réellement ?

Si l’on regarde finement les textes, c’est un leurre. En fait c’est le port des signes religieux distinctifs qui peut être  interdit et encore si cela se justifie.

Le principe de neutralité et de laïcité n'est pas applicable aux salariés dans les entreprises qui relèvent du Code du travail. C’est donc en  fonction de l'activité de l'entreprise, d’éventuelles contraintes de sécurité ou d'hygiène et de santé, voire encore des problèmes d'image de l'entreprise, que  le règlement intérieur pourra imposer certaines restrictions en matière de signes religieux.

Si l'employeur interdit le voile au travail, sa décision ne doit pas être motivée par des critères religieux mais par les conséquences que ce vêtement pourrait avoir en matière d'organisation, d'hygiène ou de sécurité au travail.

Dans le contexte de criminalisation de l’islamophobie, en passe de devenir un délit, nul doute que tout  abus sera sévèrement puni par  le législateur !

En fait cette loi ne fera que renforcer la persécution envers les autres religions non musulmanes et plus paisibles, simplement par peur d’être taxé d’islamophobie.

Notre crainte au Front National, c’est que  les règlements intérieurs des entreprises s’empressent de supprimer les dernières références à nos valeurs et traditions chrétiennes. Fêtes de fin d’année à la place des fêtes de Noël,  etc… comme cela est déjà le cas dans l’éducation nationale.  

Dans son programme Marine Le Pen souhaite interdire le voile partout, ainsi les choses sont claires : nul besoin de prétexte quand on parle au nom du peuple.

Les Lorrains seront nombreux samedi 18 mars 2017 à 15h aux Arènes de Metz pour soutenir notre candidate en meeting pour la campagne présidentielle.

Grégoire Eury
Conseiller régional Les Patriotes- Front National, Meurthe et Moselle









mercredi 15 mars 2017

Tractage et collage dans la 5ème circonscription

Ce Mercredi 15 Mars, les équipes frontistes sont allées tracter et coller sur la 5ème circonscription pour Marine2017.


vendredi 10 mars 2017

Communiqué de Dominique Bilde : Madame Berès, cessez de mépriser les peuples !

DROIT DE RÉPONSE de DOMINIQUE BILDE À MME PERVENCHE BERÈS À LA SUITE DE SES PROPOS DANS L’ÉMISSION « 500 MILLIONS D’EUROPÉENS » DU 4 MARS 2017.
Madame le Député,
Dans l’émission « 500 millions d’européens » diffusée sur BFMTV le 4 mars 2017, vous avez mis en cause la légitimité de mon travail au sein du Parlement européen, m’accusant de ne vouloir que « faire du chiffre » au travers de mes questions parlementaires dans lesquelles j’interpelle régulièrement la Commission européenne.
Sachez que le « député de base » – comme vous m’avez décrite – que je suis n’a que la modeste ambition – très éloignée de vos propres préoccupations j’en conviens – de relayer les interrogations de mes concitoyens que je rencontre chaque semaine sur le terrain. J’imagine que pour quelqu’un comme vous, qui avez passé ces 22 dernières années dans l’enceinte bruxelloise (temps pendant lequel j’étais, moi, travailleur indépendant occupée à m’assurer que mes employés toucheraient bien leur salaire à la fin du mois), le mot même de « terrain » vous apparaitra saugrenu, et la volonté d’apporter des réponses aux questions légitimes des électeurs, complètement dépassée.
Mais puisque la notion de démocratie vous apparaît populiste, laissons ces concepts et parlons des chiffres que vous avez évoqués. Vous affirmez dans cette émission que j’aurais déposé depuis le début de la législature, 275 questions écrites, ce qui représenterait selon vous 1500 euros de frais de traduction par question écrite ; j’aurais donc « dépensé » depuis 2014 500000€ en ayant l’audace d’enquiquiner la Commission, cette institution présidant à la destinée de millions européens mais qu’il serait absurde d’interpeler.
En réalité, et ce, en contradiction totale avec les traités européens, la plupart des questions écrites ne sont traduites que dans une seule langue, l’anglais, mettant à mal l’article 3 du TUE et l’engagement de l’UE lié au multilinguisme. Par ailleurs, si nous devons jouer au comptable, sachez que j’ai en réalité déposé depuis 2014 280 questions parlementaires. D’une part, même si cela revenait effectivement à 1500 euros de traduction (ce qui, du seul français vers l’anglais me semble assez déraisonnable pour un travail ne devant pas excéder 200 mots), même dans ce cas donc, cela reviendrait en réalité à 420 000 euros.
D’autre part, vos calculs, s’ils ne sont pas hasardeux, révèlent quand même un réel problème de gestion des coûts au sein des institutions européennes. Notez que le coût d’une traduction, en moyenne, par un externe indépendant, revient environ à 0,15 centimes d’euros par mot. Les questions parlementaires ne pouvant pas excéder 200 mots, cela devrait donc revenir à environ 30 euros par question pour une traduction du Français vers l’Anglais, que l’on peut arrondir à 50 euros maximum. Si on suivait le coût réel de la vie donc, les questions parlementaires que j’ai eu l’outrecuidance de poser n’auraient pas dû coûter plus de 14000 euros en deux ans et demi de législature.
Ce qui prouve bien qu’en termes de chiffres, l’eurocrate que vous êtes a contribué à mettre en place un système des plus coûteux et dont vous déniez tout le caractère démocratique par ailleurs.
Enfin, puisque c’est la logique comptable qui prévaut chez vous, laissez-moi vous rappeler d’autres chiffres. À aujourd’hui, et je le souligne, non par vanité, mais pour vous répondre, je suis classée première des députés français au Parlement européen, toutes délégations confondues. Contrairement à ce que vous prétendez, ce n’est pas par un tour de passe stakhanoviste puisque ce classement se base également sur ma participation, avec un taux de présence de 97% et de 98% pour les participations aux votes.
Par ailleurs, au-delà de ma « production » que vous dénoncez comme artificielle, mon travail en commission ne dément pas cette implication puisque j’ai été rapporteur fictif sur plus de 10 rapports, sur 19 rapports pour avis et que j’ai déposé, à ce jour, 635 amendements. Vous savez quelle charge représente ce travail parlementaire et, à moins d’une mauvaise foi sans borne, ne pouvez décemment pas m’accuser d’être un député fantoche.
Voilà Mme Berès, ceux qui me connaissent le savent : je suis une femme travailleuse, sans prétention aucune si ce n’est celle de me sentir redevable des concitoyens qui m’ont fait confiance et m’ont envoyé à Bruxelles représenter leurs intérêts.
Du haut de votre tour de verre bruxelloise, vous pouvez continuer à me toiser, mais les peuples assoiffés de liberté et de démocratie, eux, ne s’y tromperont pas.