jeudi 27 octobre 2016

Les « migrants » débarquent en Meurthe-et-Moselle


La France vit une semaine historique. Le démantèlement de la « jungle de Calais » n’annonçant pas la fin du problème migratoire mais sa propagation à la France entière, déjà profondément déstabilisée par l’immigration de masse. Désormais, aucun territoire ne sera épargné. Chaque coin de France devra accueillir son lot de « migrants ». Mercredi 26 octobre, 40 de ces « migrants » sont arrivés au centre d’hébergement de la Colline de Sion. Chez nous, en Meurthe-et-Moselle.
 
Présentés officiellement comme étant des « mineurs isolés », rien ne permet pourtant d’en avoir la certitude absolue. La plupart des spécialistes indiquent, en effet, que parmi ces mineurs isolés se cachent des majeurs qui ont volontairement égarés leurs papiers… Habituellement, le Centre de la Colline de Sion reçoit des touristes ou des groupes scolaires. Bien entendu, ils passeront au second plan pour ces « migrants » clandestins qui devraient être immédiatement reconduits à la frontière puisque l’ultra-majorité d’entre eux ne peut pas prétendre au droit d’asile.

Hier, les Calaisiens pouvaient admirer le dernier cadeau laissé par les « migrants ». Des flammes s’élevaient de la jungle. Selon la « préfète » du Pas-de-Calais, il s’agissait là d’une tradition des « populations migrantes » qui brûlent les lieux qu’ils quittent pour les nettoyer. Ubuesque. Espérons qu’ils ne respecteront pas toutes leurs traditions ici, certaines étant incompatibles avec les nôtres comme la polygamie, la lapidation, l’excision ou la vengeance privée… Mobilisons-nous contre cette invasion qui ne dit pas son nom. Nous n’avons rien pour recevoir ces populations qui ne pourront que garnir les lignes statistiques du chômage et de la délinquance. Avec le Front National, nous ferons passer les nôtres avant les autres !
 
Dominique Bilde
Secrétaire Départemental du FN 54
Député française au Parlement Européen

Soutien du FN54 à la manifestation des policiers

Hier, mercredi 26 Octobre, des élus, responsables et adhérents frontistes ont défilé avec nos forces de l'ordre à Nancy afin de soutenir leur action. Abandonnés par les gouvernements successifs, nous tenons à saluer leur engagement au service de nos concitoyens, dans un contexte très difficile où les conditions de travail ne cessent de se dégrader (lâchés par le sommet de leur hiérarchie,  trop souvent insultés et pourtant durement éprouvés par la montée continue des violences).









mardi 25 octobre 2016

Pétition : Je soutiens les policiers

Lien : http://www.frontnational.com/je-soutiens-les-policiers/




Abandonnés par les gouvernements successifs qui ont réduit leurs effectifs, leurs moyens,
lâchés par le sommet de leur hiérarchie,
insultés trop souvent (on se souvient d’une affiche honteuse de la CGT Info-Com),
et pourtant durement éprouvés par la montée continue des violences, les missions liées au terrorisme, l’explosion des violences contre les forces de l’ordre,
les policiers méritent le soutien de tous les Français !

Avec nous soutenez les policiers en signant cette pétition

samedi 22 octobre 2016

Les festivités de la Saint-Nicolas menacées ?

Depuis 1477, Saint-Nicolas est le patron de la Lorraine. Pendant des siècles, les festivités liées à ce saint furent même plus importantes que celles de Noël dans notre région. 

Nos petits Lorrains ont toujours reçu la visite de Saint-Nicolas dans leurs écoles, jusque dans les villages les plus reculés et les plus pauvres. C’est donc avec beaucoup de tristesse que j’apprends que la Saint-Nicolas de Nancy pourrait être annulée cette année après l’annulation du feu d’artifice. En effet, le programme de la municipalité est toujours en discussion, n’ayant pas encore été validé par les services de la préfecture. Philippe Mahé, préfet de Meurthe-et-Moselle, n’a toujours pas rendu son arbitrage pour le défilé, événement qui attire le plus de foule et de touristes dans notre belle ville de Nancy.

En plus de porter atteinte à nos traditions séculaires, l’annulation du défilé de la Saint-Nicolas serait un coup dur pour les commerçants du centre-ville de Nancy. Le retard pris pourrait entrainer les voyagistes à privilégier d’autres destinations pour leurs clients. Il est temps qu’une solution soit instamment trouvée. La situation d’Etat d’urgence causée par le terrorisme islamiste contre lequel notre gouvernement nous défend très mal, ne doit pas nous contraindre à renier ce que nous sommes.

Je défends le défilé de la Saint-Nicolas, espérant que tout sera mis en œuvre pour le maintenir et assurer la sécurité des participants.

Dominique Bilde
Secrétaire Départementale du FN54


lundi 17 octobre 2016

Communiqué : François Hollande inaugure MétaFensch à Uckange

Alors que l’actuel Président de la République se trouve pris dans la tourmente suite à la sortie de l’indécent livre de confessions « Un Président ne devrait pas dire ça », il semble vouloir enfin accomplir une mission conforme à sa fonction en inaugurant le site MétaFensch d’Uckange. Electoraliste, la manœuvre de François Hollande ne trompera pourtant personne.

Cheville ouvrière de la désindustrialisation du pays, a fortiori dans notre Grand Est, l’exécutif socialiste n’a rien fait pour maintenir les emplois et a toujours tout cédé aux grands groupes internationaux, qu’ils soient américains, indiens ou qataris.

Bien évidemment, nous soutenons ce projet important pour les organismes de recherche, les industriels et les PME des secteurs de la sidérurgie, de la métallurgie et de l’aéronautique. Toutefois, nous refusons à François Hollande le droit de s’en prévaloir, tant ce dernier a mené une politique contraire aux intérêts des entrepreneurs, des créateurs, des industriels et des chercheurs français.

Mme Dominique Bilde
Député Français au Parlement Européen

samedi 15 octobre 2016

Nancy : Sauvons le commerce de centre-ville

Année après année, nous constatons que le centre-ville de Nancy se meurt. De plus en plus de boutiques sont closes, les petits commerçants sont remplacés par des grandes enseignes certes incontournables mais sans âmes et des clients qui préfèrent aller dans des zones commerciales en périphérie, plus pratiques pour s’y garer et circuler.

La raison principale ? Le prix prohibitif des parkings en centre-ville. Si le maire UDI Laurent Hénart affirme que les tarifs ont baissé en 2016 ; le tarif de l’heure ne change pas à 1,70 euros.  Laisser sa voiture deux heures sur une place de surface coûte, lui, 4,7 euros. De plus, certaines rues devenues payantes obligent les résidents à s’acquitter d’un abonnement mensuel de 14€.

Ainsi, il est plus qu’urgent que la ville de Nancy diminue drastiquement le prix de ses parkings et engage des actions de valorisation de son centre-ville avec les commerçants. A Beaucaire, ville FN du Gard, la municipalité a engagé un plan de dynamisation du centre historique en prenant en charge ponctuellement une partie du loyer de nouveaux petits commerçants désireux de s’installer ce qui permet de diversifier l’offre aux consommateurs.

Au-delà de ces mesures, le véritable salut pour le commerce de proximité viendra d’un changement de politique nationale (allégement des contraintes administratives et des charges, reprises d’entreprises, …) qui n’est pas incarné par les partis politiques traditionnels qui se succèdent (dont celui de Mr Hénart) mais par Marine Le Pen et les mesures de bon sens prônées par le Front National, seul défenseur encore de ce petit commerce et de cet artisanat qui fait la richesse de notre pays et qui reste le premier vivier de créations d’emplois… s’il en a les moyens.

Dominique Bilde
Secrétaire Départementale du FN54

mercredi 12 octobre 2016

Communiqué : Risques sanitaires et techniques, refusons le compteur Linky

Linky, c’est le nom pour le nouveau compteur « intelligent » qu’ERDF et EDF vont installer partout en France pour remplacer nos compteurs actuels. Le marché est estimé à 35 millions de compteur à remplacer pour un coût de 5 milliards d’euros … payé par les usagers sur leurs factures.

Présenté comme un compteur innovant qui permettrait de réduire les coûts de consommation, il semble que la réalité soit tout autre. L’ADEME indique même que l’effet est nul au bout de six mois. En outre, selon plusieurs associations et experts, il semblerait que Linky disjoncte beaucoup plus tôt que les compteurs actuels et que, de fait, des millions d'usagers vont devoir prendre des abonnements plus élevés (et donc plus chers) ce que relate aussi la Commission de régulation de l’énergie dans un document1.

De plus, les associations mentionnent les risques pour la santé que représente Linky. Les ondes électromagnétiques du courant porteur en ligne qui inondent les appartements en direction de tous les appareils électriques sont classées comme potentiellement cancérigènes par l’OMS depuis 2011 et c’est sans compter d’autres effets sur la santé comme les maux de tête, l’électro-sensibilité, les insomnies ou des troubles du système nerveux.

Plusieurs pays ont déjà refusé ce compteur comme l’Allemagne, l’Autriche et le Luxembourg. Des communes de l’agglomération Nancéenne aussi à l’image de Vandoeuvre et Saint-Max qui ont fait voter des délibérations pour dire non à Linky. Même l’armée a refusé le dispositif.

Il est plus qu’urgent  d’engager des études claires et indépendantes sur Linky et stopper toutes les installations prévues et en cours tant que l’absence de risques n’a pas été démontré. Le FN 54 demande à toutes les communes et particulièrement à la ville de Nancy où le nombre de compteurs installé s’accroit dangereusement de prendre des délibérations refusant l’installation de ces compteurs sur leur commune (article L322-4 du code de l’énergie).

Dominique Bilde
Secrétaire Départementale du FN54
Député Français au Parlement Européen




lundi 10 octobre 2016

L’Union européenne voudrait-elle s’élargir au Maghreb ?

« L’Algérie, qu’en sera-t-il dans l’avenir, de son développement, de sa situation ? C’est un sujet qui, me semble-t-il, doit être traité dans le cadre de l’Union pour la Méditerranée (UPM) », disait Nicolas Sarkozy l’an passé à Tunis. Puis, pris par son élan, il approfondissait son analyse : « Il y a un lien entre la situation de la Méditerranée du Nord et celle de la Méditerranée du Sud. C’est l’alliance des pays du Nord et du Sud qui permettront (sic) de récréer les conditions du développement. »
L’Union dite « méditerranéenne » est une idée à laquelle Nicolas Sarkozy croit depuis 2008. Lancée avec faste le 13 juillet 2008 au début de la présidence française de l’Union européenne, le projet échoua lamentablement face à la réalité de l’échec des négociations du processus de paix au Proche-Orient. Cela ne décourage pas l’ancien Président, qui essaye ponctuellement de ressusciter son idée…
Si la collaboration intelligente avec les pays du Sud tient de l’impératif vital, tout projet d’union formelle entre les deux rives de la mer commune sera voué à l’échec dès sa conception. Pourtant, l’Union européenne persiste dans le dos des peuples européens à vouloir s’élargir vers le sud de la méditerranée, en dépit des difficultés que l’élargissement de l’Union à 27 États membres a pu susciter.
Nicolas Sarkozy l’ignore peut-être, mais le règlement n°232/2014 du Parlement européen et du Conseil de l’Union européenne institue déjà un « instrument européen de voisinage » tout à fait comparable à son « Union pour la Méditerranée ».
L’objectif de ce « machin » est de créer un « espace de prospérité entre l’Union et les pays partenaires » en encourageant, notamment, « la mobilité et les contacts interpersonnels ». Ici, comme avec chaque document écrit en jargon techno-administratif, tous les mots ont un sens. Traduit de la novlangue,« la mobilité et les contacts interpersonnels » signifient, en réalité, que l’Union européenne compte laisser venir à elle toujours plus d’immigrés légaux et illégaux.
En outre, le règlement planifie l’intégration progressive des pays partenaires dans le marché intérieur de l’Union. Parmi les pays partenaires, citons par exemple l’Algérie, la Libye ou la Tunisie… Non contents de les intégrer, l’Union européenne leur accorde de gras subsides financés par les contribuables européens : 51,419 milliards d’euros pour la période 2014-2020 !
Le rêve de Nicolas Sarkozy, cet homme supposément de « droite dure », est déjà en gestation. Ce rêve pourrait être notre cauchemar. Nous le constatons depuis plusieurs dizaines d’années : toutes les utopies européennes finissent mal car elles sont déconnectées des réalités historiques.
C’est pour cette raison que j’ai déposé une proposition de résolution demandant la suppression de ce règlement qui nous coûte cher et n’aura aucun effet positif notable ; dans le silence et l’indifférence générale. En tant que députée française au Parlement européen, je me bats d’abord pour l’avenir des miens avant de songer à refaire le monde.
Mme Dominique Bilde
Député Français au Parlement Européen

dimanche 9 octobre 2016

Communiqué : NON à l’arrivée d’une centaine de migrants en Meurthe et Moselle !


Conséquence de la folle politique du gouvernement socialiste consistant à vider la « jungle » de Calais en créant une multitude de « mini-jungles » sur l’ensemble du territoire métropolitain, nous apprenons  selon un article de l’Est Républicain daté du 08/10/2016 que la Meurthe et Moselle va recevoir une centaine de migrants à compter de la mi-octobre, la répartition serait la suivante : 60 à Neuves-Maisons (soit près de 1% de la population !), 20 sur le territoire Lunévillois et sur la Métropole du Grand Nancy.

Cette dispersion de migrants au sein de notre département, sans la moindre consultation des habitants, est parfaitement irresponsable ! Car elle posera une foule de problèmes économiques, sociaux, sociétaux et, par-dessus tout,  de sécurité. En effet, comment être certain qu’il n’y a pas parmi eux un de ces « soldats fanatisés » prêts à passer à l’acte ? Si faible soit la probabilité, affirmer le contraire relève du mensonge le plus éhonté quand  on se remémore l’origine de certains responsables des attentats de novembre 2015 à Paris !

En outre, comment ne pas être scandalisé quand, de l’aveu même des représentants de l’Etat, le coût de cet accueil est soi-disant « supportable pour la 4eme ou 5eme puissance mondiale ». C’est oublier un peu vite que notre pays a 6 millions de chômeurs et plus de 8 millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté !

Une fois de plus, seul le Front National réaffirme sa totale opposition à l’installation de ces populations dans l’ensemble des villes et villages de Meurthe et Moselle comme sur l’ensemble du territoire national.

Pour cela, il faut stopper définitivement et immédiatement cet afflux migratoire en retrouvant la maîtrise de nos frontières nationales et procéder, tout en respectant la dignité humaine,  à la  reconduite des clandestins hors du territoire.  Enfin, il convient de restreindre considérablement le régime de l’asile, n’en déplaise aux technocrates de  l’Union Européenne  et à Madame Merkel en particulier.

Que ce soit très clair, les Français n’ont pas à s’adapter continuellement à une vague infinie de migrants! Ils auront d’ailleurs l’occasion de le rappeler dans les urnes dès l’année prochaine.


Pascal Bauche

Conseiller régional Grand Est

Conseiller municipal de Lunéville

vendredi 7 octobre 2016

Communiqué : Prévention de la radicalisation : la potion magique européenne tourne au vinaigre

Ils étaient pourtant sûrs de leur coup ! Depuis deux ans, les députés européens de la commission culture persistent et signent : si les jeunes européens partent faire le djihad en Syrie ou reviennent commettre des meurtres de masse sur les territoires européens, c’est la faute aux nations européennes, incapables d’intégrer pleinement ces pauvres exclus de la société.

Ainsi, la prévention de la radicalisation par l’éducation résonne dans les locaux du Parlement européen comme la solution miracle pour ces jeunes tentés par le terrorisme : audition publique[1], résolution, tout a été mis en œuvre pour marteler ce credo déterministe.

C’était sans compter un récent rapport de la Banque mondiale[2], s’appuyant sur d’autres études antérieures, publié ce mercredi 5 octobre et dont les conclusions ne manqueront pas de faire l’effet d’une claque aux chercheurs d’excuse en tous genre. Selon cette institution internationale, 43.3% des recrues extérieures de l’État islamique ont suivi des études secondaires, 24.4% sont allés à l’université, tandis que seuls 1.3% souffrent d’illettrisme.

Dommage pour les députés européens qui vont devoir trouver un autre symptôme que celui de la marginalité éducative pour expliquer que les enfants de leur Europe sans substance et sans fondement spirituel, soient tentés par le parricide.

Mme Dominique Bilde, Député Français au Parlement Européen



jeudi 6 octobre 2016

Communiqué : Europacorp deviendra-t-elle Chinacorp ?

Luc Besson s’est illustré dans le cinéma populaire en France, en Europe et dans le monde. Réalisateur prolifique, il est aussi un homme d’affaires avisé qui a beaucoup contribué au développement du cinéma français, premier pays exportateur du secteur en Europe.

Joyau de l’empire Besson, la société de production Europacorp a été en partie rachetée par le groupe chinois Fundamental Films qui va entrer au capital en investissant 60 millions d’euros. Prochainement, cet actionnaire asiatique devrait peser 27,89 % du groupe alors que Frontline, qui représente les intérêts du cinéaste, ne représentera plus que 31,58 % du capital contre 43,8 %. La bourse de Paris s’est d’ailleurs réjouie de l’opération, le cours d’Europacorp flambant de 14,86 % pour saluer l’annonce de rachat. Un autre fleuron de l’économie européenne se trouvera partiellement sous contrôle extra-européen, chinois en l’occurrence.

À première vue cette association peut sembler bénéfique à Europacorp pour se développer sur l’important marché asiatique. Néanmoins n’est-il pas préoccupant que le deuxième actionnaire de la plus grosse société de production cinématographique en Europe soit chinois ?  À terme, notre industrie pourrait être rachetée par les puissances émergentes, comme les Etats-Unis le font déjà. En 2015, General Electric rachetait la branche énergie d’Alstom.

Nous croyons que l’industrie cinématographique est aussi stratégique que l’industrie ferroviaire. Force de diplomatie douce, notre cinéma doit être protégé et garder son identité nationale. Oui au partenariat entre Europacorp et Fundamental Films. Mais non à une prise de contrôle. Nous serons vigilants.

Mme Dominique Bilde
Député Français au Parlement Européen

mardi 4 octobre 2016

Communiqué : L’AS Nancy Lorraine vendue à des investisseurs chinois ?


Tous les Lorrains se souviennent avec émotion des grandes heures de l’ASNL, quand Michel Platini y sévissait, inscrivant 98 buts pour 183 matchs de championnat avant de nous quitter pour poursuivre son épopée à Saint-Étienne. Nous étions alors au sommet du football français, une époque consacrée par la victoire en Coupe de France 1978 d’un but de notre vedette. L’enfant de Jœuf (Meurthe-et-Moselle) ne fut pas le seul à s’illustrer sous la tunique blanche et rouge. Tony Cascarino, Olivier Rouyer, Sébastien Puygrenier ou Carlos Curbelo ont, par exemple, laissé de bons souvenirs aux Nancéens.

Club historique de l’élite du football français, l’ASNL est remonté en Ligue 1 cette année. Les Lorrains se délectent à l’avance du fameux derby qui oppose Nancy à son voisin messin. Attachée au club, je suis préoccupée par les rumeurs de rachat évoquées dans L’Est républicain ces derniers jours.
Il se dit que Jacques Rousselot pourrait officialiser la cession de l’ASNL à des investisseurs chinois venus de Shanghai pour 20 millions d’euros, soit la moitié de la somme versée par l’Américain Franck McCourt pour racheter l’Olympique de Marseille. Un phénomène national puisque deux autres clubs populaires ont déjà été vendus à des Chinois : l’AJ Auxerre et le FC Sochaux-Montbéliard.

L’entreprise chinoise qui aurait été choisie par Jacques Rousselot n’aurait pas présenté la meilleure offre mais le président croit avoir trouvé la perle rare… Sur le papier, le projet de l’entreprise chinoise implantée à Londres et Dubaï peut faire rêver : médias, e-commerce, immobilier, investissements accrus. Déjà, les supporters s’impatientent, imaginant de grands joueurs étrangers débarquer au stade Marcel-Picot l’an prochain…

Ont-ils oublié que les rachats peuvent très mal se passer ? Les Chinois n’investissent pas par passion du football ou de l’ASNL, qu’ils connaissent à peine. De la même manière que la plupart des acheteurs extra-européens dans le football, ils le font pour deux raisons : développer leur réseau en Europe, étendre leur parc immobilier et utiliser le football comme vecteur de diplomatie douce. Il n’est pas normal que nos clubs de football, à l’identique de nos vignobles et de nos châteaux, ne soient plus la propriété de fortunes françaises.

Qui peut dire que les investisseurs chinois resteront fidèles si, d’aventure, le club se trouve dans le dur ? Si l’entreprise de Shanghai restructure ses actifs, ne pourrait-elle pas abandonner l’ASNL en rase campagne ? En outre, le club poursuivra-t-il sa politique formatrice sous pavillon chinois ? Ces investisseurs étrangers n’apportent pas des garanties suffisantes.

Tout comme la politique, le football est avant tout une aventure humaine qui implique des hommes autour d’un projet fédérateur. Comme son nom l’indique, l’ADN de l’ASNL est lorrain. Attention à ce que cette vente ne signifie pas la perte de notre âme…

Dominique Bilde
Secrétaire Départemental du FN54

lundi 3 octobre 2016

Communiqué : Quand RESF se soucie plus des déboutés du droit d’asile que des Français pauvres


À Nancy, devant l’école de la Fontaine, avenue Pinchard, des militantes du Réseau éducation sans frontière (RESF) distribuaient des tracts cette semaine. Elles estiment que les enfants des familles déboutées du droit d’asile ne mangeraient pas à leur faim. Comme d’habitude, l’objectif n’est pas simplement d’aider des enfants, ce que nous sommes évidemment prêts à faire, mais bien de chercher par tous les moyens à faire devenir Français des gens qui n’ont pas vocation à l’être.

Pour s’en convaincre, il suffit de lire entre les lignes les déclarations de Vicky Rebuschi, membre de RESF : « Nous ne les connaissons pas toutes mais parmi celles que nous connaissons, les enfants parlent français comme de petits Français. Certains parents ont des promesses d’embauche. S’ils étaient régularisés, ils pourraient payer leurs impôts et leurs cotisations et ils pourraient quitter leur hébergement d’urgence ». En filigrane, la volonté d’accueillir tout le monde en France, y compris et surtout des clandestins ou des déboutés du droit d’asile.



D’ailleurs, les témoignages rapportés par l’Est Républicain, de personnalités n’appartenant pas à RESF, ne font pas état d’enfants malnutris… Tout cela est gros comme une maison : RESF veut nous faire culpabiliser pour obtenir en Meurthe-et-Moselle des régularisations massives d’immigrés économiques qui devraient être expulsés. Il est précisé que les personnes visées viennent, soi-disant, de pays sûrs (Albanie, Arménie, Kosovo) et ont refusé les dispositifs d’aide au retour volontaire proposés par l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII).


Nos capacités d’accueil sont très largement saturées, dans notre département comme dans le reste de la France. Ne nous laissons pas embobiner par des ONG et des associations qui travaillent à la submersion de la France par l’immigration de peuplement.

Mme Dominique Bilde
Secrétaire Départementale du FN54
Député Français au Parlement Européen