mardi 27 janvier 2015

Consultation sur la gare de Vandières : le Front National de Lorraine dit non !

Alors que se tiendra le 1er février prochain une consultation des Lorrains sur la future gare de Vandières, le Front National fait part aux électeurs de son avis défavorable tant sur la consultation que sur le projet dans son état actuel.
 
Les conseillers régionaux du FN de Lorraine s’étaient déjà opposés le 28 novembre dernier à l’organisation de cette consultation qui, pour un coût de 300 000 euros, n’a pas valeur de référendum et n’imposera donc son résultat à personne.
 
Initialement favorable à un projet de gare interconnexion TGV-TER, le Front National s’y oppose aujourd’hui notamment pour les raisons suivantes :
  • Le coût prévu de 120 millions d’euros alors même que 35 millions d’euros ont déjà été dépensés pour la construction d’une même gare à Louvigny, que le budget apparaît sous-estimé et est appelé à être dépassé comme pour tout projet d’envergure ;
  • L’absence d’avenir clair présenté par la majorité PS pour l'actuelle gare TGV de Louvigny. Le fret ferroviaire ayant chuté de 31% depuis 2003 en France, le projet d’une gare de fret à grande vitesse est au point mort en l’absence de besoins des entreprises du secteur – même La Poste n’a pas été intéressée par le projet de fret postal alors qu’elle a installé sa plateforme de traitement du courrier à proximité de l’actuelle gare -.
De plus, selon différentes études, la transformation de la gare de Louvigny en gare de fret engendrerait de 5 à 15 millions d’euros supplémentaires non pris en compte dans le budget ;
  • Le relatif succès de la gare Lorraine TGV actuellement située à Louvigny qui accueille plus de 650 000 voyageurs par an alors qu’aucune estimation ne prévoit une hausse du trafic pour une gare déplacée de 10 km à Vandières.
  • Le risque d’un tel investissement prévu pour 2020, alors même que la SNCF joue de moins en moins son rôle de service public, se désengage sur le maintien des lignes les moins rentables et ferme des gares
Pour toutes ces raisons, dans un contexte économique de disette budgétaire, alors que les déficits se creusent et que la dette – notamment celle de la région Lorraine – ne cesse de s’accroître, nous ne pouvons apporter notre caution à la construction d’une nouvelle gare et prendre le risque d’entacher le paysage lorrain avec une nouvelle friche industrielle le tout avec l’argent du contribuable lorrain.
 
Le Front National de Lorraine préconise donc de réaffecter une partie du budget prévu au développement de l’activité de la gare actuelle de Louvigny par une amélioration de son accès et par la création de places de parking supplémentaires et gratuites autour de celle-ci.
 
Les fédérations du Front National de Lorraine
26, janvier 2015
image France3Lorraine

mercredi 21 janvier 2015

Pétition : Loi de 1905 sur la laïcité : non à son affaiblissement par l'UMPS, oui à son application réelle !


Alors que de nombreuses voix au PS et à l’UMP appellent à une remise en cause de la Loi de 1905, dans le but notamment de pouvoir financer l’Islam, le Front National se pose lui en défenseur acharné des principes et des textes qui fondent la Laïcité en France.
 
Seule la Laïcité permet en effet de préserver notre cadre de vie et nos libertés publiques, sévèrement attaqués ces dernières années par la multiplication des revendications politico-religieuses.
La Laïcité est notre ultime protection face au communautarisme rampant qui menace l’unité de la Nation.
 
Ainsi, non seulement le Front National exige une application stricte de la Laïcité, mais il demande également l’extension de ses principes à l’ensemble de l’espace public, en particulier à l’Université, au travail et dans les transports.
 
Le respect de la Laïcité, telle que nous la concevons, c’est notamment l’interdiction du financement public des mosquées et autres lieux de culte, mais aussi l’interdiction du financement par des Etats étrangers ; c’est le refus des aménagements spécifiques du temps de travail en fonction de considérations religieuses ou des horaires séparés ; c’est l’interdiction du port des signes religieux ostensibles dans tous les lieux publics.
 
De manière générale, l’Etat doit s’opposer fermement à toutes les revendications politico-religieuses qui assaillent la société, et protéger juridiquement tous ceux qui y sont directement confrontés, à commencer par les chefs d’entreprise et les agents publics.
 
Je signe la pétition pour la sauvegarde et le renforcement de la Laïcité en France :

mercredi 7 janvier 2015

Bonne Année


La Fédération du FN 54 vous présente ses meilleurs vœux de prospérité et de bonheur pour l’année 2015


Communiqué : le Front National soutient les PME-PMI

Lors de la dernière session plénière du Parlement Européen, 5 députés Français du Front National dont Marine Le Pen ont déposé une proposition de résolution en soutien aux PME-PMI.
Les PME qui sont le moteur de la croissance et les principales créatrices d’emplois en France et en Europe sont les grandes sacrifiées des politiques économiques de nos gouvernants.

Face à la concurrence déloyale des pays à bas coût de production, à l’ouverture des frontières à des marchandises et services issus de pays ne respectant pas nos exigences sociales ou environnementales et face aux stratégies d’évasion fiscale des grandes multinationales, nos PME sont désarmées et subissent de plein fouet les effets des politiques mondialistes et ultralibérales.

 De plus, elles doivent subir toujours plus de normes et de réglementations de la part de cette Union technocratique européenne mais surtout elles sont écrasées par une fiscalité vertigineuse qui atteint 64,7% des bénéfices commerciaux en France alors que la moyenne des prélèvements obligatoires au sein de même de l’UE n’est que de 44%.

C’est pourquoi, Marine Le Pen et les élus du Front National ont déposé une proposition de résolution européenne visant à exiger de la Commission un véritable soutien à nos PME-PMI. Il devient urgent de diminuer les contraintes administratives pesant sur les entreprises, de mettre en œuvre des mesures de protectionnisme efficaces pour en finir avec le dogme de la concurrence libre et non faussée et de lancer un véritable « Small Business Act » laissant la possibilité aux Etats membres de réserver une part des marchés publics aux PME comme cela se pratique, par exemple, avec succès, aux Etats-Unis.

Dominique Bilde
Députée Français au Parlement Européen
Secrétaire Départementale du FN54

mardi 6 janvier 2015

Proposition de résolution sur le soutien aux PMI-PME dans l'UE et en France

Déposée par Dominique Bilde, Marine Le Pen, Florian Philippot, Steeve Briois et Sophie Montel

Le Parlement européen,

- vu la recommandation 2003/361/CE de la Commission concernant la définition des micros, petites et moyennes entreprises,
 
vu le règlement (CE) n° 450/2008 du Parlement européen et du Conseil du 23 avril 2008 établissant le code des douanes communautaire,
 
- vu la communication de la Commission du 25/06/08 intitulée «Think Small First: Priorité aux PME Un Small Business Act pour l'Europe»,
 
- vu la directive 2014/24/UE du Parlement Européen et du Conseil sur la passation des marchés publics et abrogeant la directive 2004/18/CE,
 
- vu l'article 133 de son règlement,
 
A. Considérant que les PME emploient 70 % des salariés du privé, ont été responsables de 85 % des nouvelles embauches entre 2002 et 2010 et représentent 99 % des entreprises européennes ;
 
B. Considérant que d'après le dernier rapport «Paying Taxes 2014», la moyenne européenne des prélèvements obligatoires sur les PME est de 44,1% mais qu'elle se situe à 64,7% des bénéfices commerciaux en France juste avant l'Italie avec 65,8% ;
 
C. Considérant que les PMI/PMI en France sont désavantagées par rapport au reste du monde et moins compétitives que leur concurrentes en Europe ;
 
D. Considérant que les Multinationales parviennent à échapper à l'impôt grâce à des stratégies d'évasion fiscale;
 
1. exige que la Commission mette en place un véritable « Small Business Act » comme ce qui se pratique aux États-Unis laissant la possibilité aux États membres de réserver une part des marchés publics à leurs PMI-PME,
 
2. demande à la Commission d'accélérer le processus afin de diminuer les contraintes administratives pesant sur les entreprises,
 
3. demande à la Commission de mettre en œuvre des mesures efficaces et pertinentes de protectionnisme pour en finir avec le dogme aberrant de la concurrence libre et non faussée; 
 
4. charge son président de transmettre la présente résolution, à la Commission, au Conseil et aux États-membres.